Imaginer un monde sans elle, vivre sans son regard si reposant, ne plus demander après elle, ne plus pouvoir l'embrasser, ne plus sentir sa sagesse, tel est mon destin désormais.

Je n'ai jamais imaginer ce jour, j'ai toujours évité d'y penser, elle a toujours occupé une place irremplaçable et unique. Il faut pourtant s'y résoudre, plus personne ne me la ramènera, plus personne ne me regardera de la même façon, plus personne ne me parlera comme elle le faisait, plus personne ne me sourira comme elle savait le faire.

Elle nous a s'y souvent rassemblé, elle était l'unique repère, elle avait su tous nous comprendre, elle avait magiquement fédéré tout le monde autour d'elle.

Un pan de notre histoire est parti, une partie de mon enfance s'estompe un peu plus, le ciment de la famille s'effrite un peu plus.

Elle est dans un monde meilleur, j'en suis certain, elle nous regarde avec amour, j'en suis convaincu, elle continue à nous aimer et à nous chérir, j'en suis persuadé.

Elle est partie ma grand-mère, que Dieu l'accueille en sa sainte miséricorde.

Je l'aimais énormément, je l'aime encore de tout mon coeur.

Je n'ai plus qu'une seule chose à faire désormais; écraser la larme qui perle au coin de mon oeil chaque fois que je pense a elle.