samedi 18 septembre

Je sursaute.

A chaque fois que je vois, j'entends, j'apercois quelquechose me rappelant le Canada, le Québec, je trésaute et toute ma tourmente m'envahit. Pire, à ces moments, j'aurai préféré n'avoir rien entendu, n'avoir rien vu. Car je repense aux délais qui m'attendent et au chemin qui me reste à parcourir. Terrible paradoxe. Journal de la RDI, festival du rire, accent québequois, drapeau du Canada, le mot "immigration", si fréquent depuis peu sur toutes les radios et sur tous les écrans, réveillent en moi un sentiment d'espoir et remuent en... [Lire la suite]
Posté par zaccharias à 09:44 PM - - Permalien [#]

vendredi 17 septembre

Le temps.

Mon temps a suspendu son vol. Mon malheur est que je ne sais pas combien de temps va durer cette suspension. En tous cas, notre vie ne prend plus aucune tournure. Autant l'espoir de partir, d'émigrer est indescriptible, autant cette sensation de ronger son frein est insupportable. notre vie se momifie en quelques sorte. Tout est pensé, fait en fonction du départ. Ou plutôt, rien n'est fait tout est reporté. Dure de se priver pour mieux en profiter. J'étais un fervent adepte du Carpe Diem. Je ne le suis plus et cela me fait souffrir.... [Lire la suite]
Posté par zaccharias à 10:40 AM - - Permalien [#]
jeudi 16 septembre

La critique.

Je la redoute à chaque fois que je fais part à quelqu'un de mon projet. Certes j'ai rarement partagé ma décision sinon avec les plus proches. Mais sincèrement je reste toujours apeuré qu'un de mes proches me sortent un argument indémontable, auquel je n'ai pas pense et qui surtout remettrait en cause mon cheminement intellectuel. Tu vas avoir froid : le Canada est équipé pour contrer le froid. Tu vas te sentir seul : je pars avec ma petite famille et de plus, l'avion est toujours là pour me rapprocher de ma famille. Tes enfants ne... [Lire la suite]
Posté par zaccharias à 02:56 PM - Permalien [#]
jeudi 16 septembre

La file du consulat.

J'ai eu une vision aujourd'hui. Je traverse la frontière sans avoir besoin de visa. Quel bonheur. Quel bonheur de ne plus faire la file, de ne plus avoir l'estomac noué, de ne plus tendre l'oreille aux rumeurs devant le consulat. Quel bonheur de ne plus être humilié, quel bonheur de se sentir libre. Quel délivrance de ne plus redouter un refus qui briserait des vacances depuis longtemps programmées. Je me considère comme citoyen du monde mais la majeur partie de la planète me refuse ce statut. Et dire que mon projet m'ouvrira... [Lire la suite]
Posté par zaccharias à 11:10 AM - - Permalien [#]
mercredi 15 septembre

La boite aux lettres.

Je me dirige vers elle avec le souffle coupé. Mon pas s'accélère et ma gorge s'assèche quand je m'approche d'elle. La boite aux lettres. C'est l'endroit magique qui me relie à mon dossier, à mon espoir. Je scrute tout enveloppe bien garnie et d'un certain format. Je lui rend visite a l'heure du déjeuner, le soir, dans l'après-midi, en fait chaque fois que j'en ai l'occasion. Il m'arrive d'aller lui dire un mot le samedi ou le dimanche. Sait-on jamais, le facteur fait peut-être des heures supplémentaires. Ou tout simplement, sent-il... [Lire la suite]
Posté par zaccharias à 04:46 PM - - Permalien [#]
mercredi 15 septembre

Je retiens mon souffle.

Depuis que j'ai déposé mon dossier à l'ambassade du Canada à Rabat, j'ai l'impression de retenir mon souffle. J'ai l'impression d'être de passage dans des endroits où je vis depuis toujours, dans des rues que j'emprunte depuis longtemps. Terrible sensation ! Je suis dans une sorte de sursis. Et puis l'horreur. Ce sentiment se transforme en étouffement quand je pense un instant qu'un grain de sable pourrait mettre a bas mon projet, notre projet. Ce sentiment indescriptible m'étreint le thorax et m'empêche de respirer. Quelle difficulté... [Lire la suite]
Posté par zaccharias à 10:51 AM - - Permalien [#]

mercredi 15 septembre

Mon univers

J'accorde une grande importance à mon entourage. Je le respecte. Être entouré est pour moi un vrai bonheur. La diversité de mes proches me stimule. Il faut sans cesse se focaliser sur une manière différente de penser. La vie n'aurait aucun sens si chacun vivait dans sa propre bulle sans jamais partager, sans jamais communiquer. Heureusement qu'il y a Internet au Maroc. Sinon ce serait le mutisme le plus total. Difficile de trouver un café ou une place où discuter littérature, avenir, société avec des gens désireux de faire avancer... [Lire la suite]
Posté par zaccharias à 09:48 AM - - Permalien [#]
mardi 14 septembre

Ma dulcinée

Je lui ai, au début, caché mon désir de quitter. Mais rapidement partir sans elle était devenu synonyme de rester. Le projet a lentement cheminé dans son esprit. Le virus a mis du temps pour s'emparer de son esprit. Elle est devenu ma supportrice principale tant ce projet se transformait en défi. Quel bonheur de lui offrir cette aventure. J'ai longtemps fait les démarches seul. C'était excitant. Depuis que mon projet est devenu notre projet, l'euphorie a gagné mon esprit. Je sais qu'elle me poussera jusqu'au bout pour réaliser... [Lire la suite]
Posté par zaccharias à 04:02 PM - - Permalien [#]
mardi 14 septembre

Il s'y met lui aussi.

L'idée de le retrouver là-bas m'enchante. Une belle réunion de famille. Ça me réchauffera le coeur et je trouverai déjà sur place quelqu'un sur qui compter. Même lui franchit le pas. Et pourtant il est jeune, a encore toute la vie devant lui. Mais bon, il quitte. Nous nous épaulerons. Nous en aurons besoin. Quelle joie de nous épauler pour construire un avenir nouveau. Quelle immense réconfort d'entrevoir notre rencontre aussi loin. Mon frère part aussi. Peut-être aussi motivé que moi.
Posté par zaccharias à 03:38 PM - - Permalien [#]
mardi 14 septembre

Je transmets le virus.

C'était une belle soirée. Pleine de souvenirs, d'anecdotes et d'échanges riches et fructueux. Il m'a plus écouté. J'ai parlé plus que lui. Mais finalement notre relation a toujours été comme ça. Cela faisait bien longtemps que nous n'avions discuté aussi longuement. Cela a duré une partie de la nuit. Comme avant, quand nous étions pleins d'ambitions et d'espoirs. Nous le sommes toujours mais avec une petite pointe d'amertume. Il est parti loin de moi et du Maroc pendant longtemps. Il est revenu depuis peu. Je le sens un peu dépité.... [Lire la suite]
Posté par zaccharias à 11:13 AM - - Permalien [#]